Littérature, Nouvelles

La clef du Royaume Oublié

Bonjour à tous,

Aujourd’hui je vous propose mon premier texte écrit pour ce blog. Il s’agit d’une courte nouvelle. Pour tout vous avouer j’ai eu un peu de mal à l’écrire sous cette forme.

A force d’écrire pour Twitter, j’étais formatée.  N’hésitez pas à me donner vos avis.

La clef du Royaume Oublié

C’était une toute petite clef, pas plus longue qu’une pâquerette. Elle était recouverte de motifs étranges, une pierre brillante en orne le centre. Cependant elle n’avait rien d’extraordinaire, on aurait dit la clef d’un coffre à bijoux. Et pourtant …

Elle avait parcouru les âges et les continents et semblait choisir ses propriétaires. Pendant quelque temps, il ne s’agissait que d’hommes puissants, très puissants. Ils pensaient que la clef ouvrait le plus magnifique des coffres au trésor. Que plus de richesse et plus de pouvoir encore les attendaient au bout de la quête que représentait cette petite clef. Mais à force de vaines recherches, ils devinrent tous fous. D’une folie douce et dolente, ils erraient les yeux dans le vague et un air inconnu aux lèvres. Un air que personne ne connaissait et qui ne ressemblait à rien de connu.

« Et alors ? » me direz-vous, « ces hommes ont l’air heureux d’une certaine manière. Pas la peine d’en faire toute une histoire. »

Hé bien tout simplement parce qu’en plus de cette folie douce, ces hommes avaient désormais une part sombre. Il leur arrivait de se mettre à hurler sans raison apparente. Un cri si angoissé et si terrifiant que ceux qui l’entendait ne pouvaient plus l’oublier. Ils restaient hantés par un sentiment de la perte d’un paradis perdu. Et quand les pauvres hommes retrouvaient quelques instants de lucidité, c’était pour demander :

« La clef, où est-elle ? Rendez la moi …. je vous le promet je m’en montrerai digne. »

Puis ils retombaient dans leur monde imaginaire. Leurs proches recherchaient bien entendu la clef mais aucun ne parvenait à mettre la main dessus. C’est comme si elle n’avait jamais été là.

C’est ainsi qu’elle traversa les âges. Après les hommes riches et puissants ce sont des jeunes femmes belles et oisives qui furent les victimes de cette malédiction. Sauf qu’en plus, ces jeunes femmes avaient perdu l’étincelle qui faisait leur insolente beauté. Elles ne sont pas devenues laides non, mais d’une beauté plus commune. Là encore la clef disparut sans laisser de trace à part cette envoûtante mélodie. Certains musicien essayèrent en vain de la retranscrire mais ils ne parvenaient jamais à rendre compte de la sublime simplicité de l’air. Des peintres essayèrent de transformer les notes en couleurs, les accords en motifs, la mélodie en tableau. Mais là encore, rien de concluant. Les pinceaux ne pouvaient pas retranscrire la touchante étincelle de vie de la musique.Petit à petit tout tomba dans l’oubli : la clef et la musique.

Mais un jour, une jeune femme ouvrit un petit coffret qu’elle avait acheté aux enchères. Il s’agissait qu’un petit coffre à bijoux en bois précieux incrusté de nacre. En le voyant on imaginait sans peine la jeune fille de bonne famille à qui il avait dû être offert. Son actuelle propriétaire s’était sentie irrésistiblement attirée par l’objet. Étrangement, personne d’autre qu’elle n’avait voulu l’acquérir. Elle l’avait donc acheté pour un prix ridiculement bas.

En fait, le coffret était une boîte à musique. Quand la jeune femme l’ouvrit une envoûtante mélodie résonna. Immédiatement séduite, elle regarda à l’intérieur à la recherche du dispositif musical. Elle n’en trouva aucun. A la place il y avait une petite clef recouverte de motifs étranges avec une pierre brillante qui en orne le centre. Du bout de l’ongle, la jeune fille l’effleura doucement, presque tendrement. La musique envahit alors l’esprit de la jeune fille, elle se sentit entraînée dans un tourbillon impétueux. Peu de temps après, la jeune femme reprit ses esprits. Elle était toujours dans sa chambre, la musique s’était tue. La clef était toujours là. Rien n’avait donc changé. En apparence seulement …

Jamais elle ne raconta ce que la clef lui avait ouvert. Il s’agissait du royaume de son propre cœur. Un royaume oublié par tous les anciens propriétaires de la clef. Ils étaient tellement obnubilés par le pouvoir qu’ils détenaient sur les autres qu’ils n’avaient pas supporté de voir la vérité de leur être. Ils s’étaient donc perdu dans les limbes de la musique, la partition de leur âme perdue. Au contraire de la jeune femme qui avait su faire face aux ombres de son cœur. Car ne croyez pas qu’elle était une âme parfaite et pure. Non, c’était une jeune femme normale avec ses côtés sombres. Mais elle les acceptait c’est pourquoi elle devenue la maîtresse du Royaume Oublié et la gardienne de sa clef.

Ceinwynn


Publicités

4 thoughts on “La clef du Royaume Oublié”

  1. Très joli conte encore une fois, en plus cette histoire me rappelle celle que je racontais à mon ainé quand il était petit! [ l’histoire de l’homme qui avait oublié ses clefs ]

  2. Nous recherchons tous désespérément cette clé et restons sourds à ces appels… Elle se trouve simplement à l’intérieur de chacun d’entre nous… Quête infinie et parcours douloureux…
    Très bien écrit, beaucoup de talent!

A votre tour :)

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s