Critique, Littérature

1Q84 de Haruki Murakami

1q84Bonjour à tous,

Je vous souhaite avant tout une excellente année 2017 inspirante et pleine de folie.
Pour bien commencer l’année, je vous propose la critique de 1Q84 de Haruki Murakami. Un auteur Japonais dont le talent est déjà reconnu. C’est un ami qui me l’a fait découvrir. Après Aki Shimazaki, je continue mon incursion dans la littérature japonaise. Je dois avouer que je regrette de ne pas m’y être intéressée avant, plus je la découvre et plus je l’aime. Tout comme pour Aki Shimazaki, j’ai eu un véritable coup de foudre pour l’univers d’Haruki Murakami; même si les deux auteurs sont aux antipodes l’un de l’autre. Avec Haruki Murakami, nous entrons dans un univers fantastique et onirique en plein Japon des années 80.

Tengo est professeur de mathématique dans une école préparatoire. En dehors de cette activité, il est également écrivain. Son éditeur lui propose de récrire « La Chrysalide de l’air », le manuscrit de Fukaéri ,une jeune fille de 17 ans, afin d’en faire un best-seller. En faisant cela le jeune homme va changer le cours du temps. En se retrouvant dans une réalité alternative où brillent deux lunes, 1Q84, il remet en cause tout ce en quoi il croyait. Avec l’aide de Fukaéri, il doit échapper à une étrange secte dont le but est de servir les Little People. Mais surtout, ce sera l’occasion pour lui de retrouver Aomamé, la jeune fille dont il est amoureux depuis qu’il a 10 ans. Ensemble, ils auront le pouvoir d’échapper aux Little People pour retourner dans leur monde, en 1984.

Le roman est une trilogie dans lequel chaque chapitre raconte l’histoire du point de vue de Tengo et d’Aomamé. Dans le livre 3, on peut également suivre les tribulations d’Ushikawa, un détective à la recherche d’Aomamé. Le récit commence par le point de vue d’Aomamé et semble vouloir prendre la direction d’un roman policier. Avec l’arrivée de Fukaéri et de sa « Chrysalide de l’air », on se dirige vers une histoire de secte sur fond de viol de petites filles. Tout le génie de Murakami est de faire lentement glisser son récit vers le fantastique tandis que ses personnages quittent 1984 pour entrer en 1Q84. Il distille des indices ici et là, laissant le lecteur rassembler les pièces d’un immense puzzle. L’auteur prend tout son temps, un peu trop peut-être. Pendant une grosse partie du récit, nous sommes totalement perdu. « La Chrysalide l’air » reste un concept obscur jusqu’à la fin du deuxième livre. Et alors que je commence le troisième tome, j’ai l’impression que nous ne sommes pas encore dans le vif du sujet. C’est le seul reproche que je fais au roman; mon petit côté impatient probablement. Depuis que je l’ai commencé, je dévore chaque page et chaque chapitre comme une boulimique. Impossible de m’arrêter ! Le style de Murakami est précis et fluide même lorsqu’il s’agit d’expliquer des concepts plus ésotériques. l’univers est prenant et foisonnant. Le destin des divers personnages se croise, se frôle et s’entremêle dans un ballet savamment orchestré. Je suis impatiente de découvrir comment/si Tengo et Aomamé vont enfin se retrouver et quel le lien entre la Chrysalide de l’air, les Little People et 1Q84.

Depuis plusieurs années, Haruki Murakami est pressenti pour le Prix Nobel de Littérature. 1Q84 est édité aux Editions 10/18. N’hésitez pas à me donner votre avis en commentaire 😉

 

Ceinwynn

 

Publicités

A votre tour :)

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s