Critique, Littérature

Les gens heureux lisent et boivent du café

imagesBonjour tout le monde,

Une éternité après tout le monde ou presque, j’ai finalement lu « Les gens heureux lisent et boivent du café » d’Agnès Martin-Lugand. Je me souviens du battage lors de sa sortie mais bizarrement impossible de me souvenir de quoi le roman parlait … Mais j’aimais le titre (je bois beaucoup de café) et la couverture donc je me suis lancée.
Et là première surprise: il s’agit d’un roman à l’eau de rose alors que je m’attendais à un roman sur la résilience et l’écriture. L’héroïne fuit en Irlande pour oublier le décès de sa fille et de son mari et y retrouve l’amour. Mais bon, cela se passe en Irlande (mon pays rêvé avec l’Ecosse) donc je continue. Je dois avouer que je l’ai dévoré en deux heures. J’ai adoré l’atmosphère du roman et l’écriture est efficace et légère. J’aurais presque envie de quitter le Québec pour l’Irlande, me poser devant la mer déchaînée et écrire. N’est-ce pas ce que l’on demande à un livre ? Nous emmener ailleurs. Dans ce cas là, le roman d’Agnès Martin-Lugand est une réussite. J’aurais préféré quelque chose de plus fouillé mais j’ai passé une magnifique soirée en Irlande.
Il y a une suite « La vie est facile, ne t’inquiète pas ». Je ne sais pas encore si je vais me laisser tenter, pour ne pas laisser Diane seule dans son café littéraire parisien.

Ceinwynn

Littérature, Roman

Vendredi Lecture: La marche en forêt de Catherine Leroux

Bonjour à tous,

Mon Vendredi Lecture est québécois avec La marche en forêt de Catherine Leroux. Il s’agit d’un livre chorale où le destin des personnages se croisent et se frôlent. Je vous en dirais plus bientôt. 

Bonne lecture !

Ceinwynn

Littérature, Nouvelles

Monsieur, tu es beau !

Stylo-plume-ecrivain-publicBonjour à tous,

L’année dernière, j’ai participé au concours de la création de Radio Canada, catégorie récit. Cette année, j’ai eu envie de tenter l’aventure dans la catégorie « nouvelle ». Le texte est sur mon ordinateur depuis le mois de septembre, mais je n’ai finalement rien envoyé.
Je vous propose donc de le lire, vous vous rendrez vite compte que je me suis inspirée d’univers connus. Ceux qui ont lu Némésis reconnaîtront certains thèmes. Je suis partie d’un texte que j’avais déjà publié ici il y a quelque temps. N’hésitez pas à me donner votre avis en commentaire.

Monsieur, tu es beau ! 

« Monsieur, tu es beau ». La voix est douce, sensuelle, mais aussi étrangement timide. Avec ses talons hauts et sa jupe courte, peu de doutes sur la profession de la jeune femme. En hiver, elle porte un manteau de fourrure qui lui Lire la suite « Monsieur, tu es beau ! »

Littérature, Samedi Poésie

Samedi poésie: Harmonie du soir de Charles Baudelaire

Bonjour à tous,

Je ne pouvais pas passer à côté de Charles Baudelaire dans les Samedi Poésie. Il est le passage obligé de tous les étudiants français avec Victor Hugo et Rimbaud, l’âge d’or de la poésie romantique française. Poète maudit dont les vices sont aussi reconnus que son talent. Il a décrit le grand écart entre noirceur et élévation comme personne via la section « Spleen et Idéal » de ses célèbres « Fleurs du Mal ». Je ne vous ferais pas ici le récit de sa vie ou l’explication de son oeuvre; seulement vous faire partager la puissance d’évocation de ses poèmes. Ses écrits sont tellement sensuels, dans la mesure où ils font participer tous les sens. Je me souviens avoir lu ses poèmes (et ceux de Victor Hugo) à mon plus jeune frère, il aimait tellement ça …
Je vais vous laisser avec l’Harmonie du soir, moi je vais prendre un café et me laisser emporter.

Harmonie du soir

Voici venir les temps où vibrant sur sa tige
Chaque fleur s’évapore ainsi qu’un encensoir ;
Les sons et les parfums tournent dans l’air du soir ;
Valse mélancolique et langoureux vertige !

Chaque fleur s’évapore ainsi qu’un encensoir ;
Le violon frémit comme un coeur qu’on afflige ;
Valse mélancolique et langoureux vertige !
Le ciel est triste et beau comme un grand reposoir.

Le violon frémit comme un coeur qu’on afflige,
Un coeur tendre, qui hait le néant vaste et noir !
Le ciel est triste et beau comme un grand reposoir ;
Le soleil s’est noyé dans son sang qui se fige.

Un coeur tendre, qui hait le néant vaste et noir,
Du passé lumineux recueille tout vestige !
Le soleil s’est noyé dans son sang qui se fige…
Ton souvenir en moi luit comme un ostensoir !

challenge photo

Weekly Photo Challenge: Ambiance

Bonjour à tous,

Le Weekly Photo Challenge de la semaine est Ambience (Ambiance). Je vous présente donc ma rue. Avec toute cette neige, on a comme une impression d’immobilité et de sérénité. Quand il fait beau et que tout est blanc, je me sens dans une bulle; bien au chaud à la maison. Cela donne envie de chocolat chaud, de brioche toute chaude et d’un plaid devant la cheminée. Un petit air d’éternité mais il s’agit juste d’une dimanche après-midi au Québec.

Ceinwynn

Uncategorized

Polanski président des César: doit-on séparer l’oeuvre de l’homme ?

Bonjour à tous,

Les réseaux sociaux s’émeuvent aujourd’hui que Roman Polanski soit le Président des César cette année. Une polémique causée par le passé judiciaire du réalisateur et par les accusations d’abus sexuels. Polanski a fui ses juges, il n’est donc ni coupable ni blanchi. Plus largement, cette affaire me fait réfléchir sur le lien entre l’art et l’homme. Doit-on juger l’oeuvre par rapport à l’homme ? La qualité artistique de l’oeuvre de Polanski est indéniable et reconnue; ses failles d’humain doivent-elles lui être préjudiciables ? En d’autres termes l’art peut-il vivre sans son auteur ?
Le cas Polanski n’est pas isolé, on peut également parler du chanteur de Noir Désir, Bertrand Cantat. Il a commis un crime pour lequel il a purgé une peine, sa vie d’artiste est désormais compromise. Et gageons qu’il y en a d’autres. Pour moi, le débat ne devrait pas exister car l’oeuvre a sa vie propre, en dehors de son créateur. Malheureusement, les artistes sont devenus des exemples à suivre. On leur demande donc d’être sans tâche. Pourtant ce ne sont que des humains. Ce n’est pas Polanski, l’homme qui est Président des César mais le scénariste de talent. On ne lui demande pas autre chose.
Plus globalement encore, tout ceci pose la question de la réinsertion et du rapport à la culpabilité. Ces artistes vivent de leur art, on voudrait les priver de leur moyen de subsistance. Pourtant, tout le monde parle de l’importance de la réinsertion. Dans la vie « normale » on parlerait de discrimination.

Bref je suis partagée sur cette histoire. J’adore Polanski réalisateur mais n’ai que peu de sympathie pour Roman Polanski.

Et vous ?

Ceinwynn

daily prompt, Non classé

Daily Prompt: Invitation

Bonjour à tous,

Le daily prompt du jour est un mot plein de promesse Invitation. Quel doux mot ! Plein de promesses et d’espoir. Mais surtout, il me fait penser à Baudelaire et sa célèbre « Invitation au Voyage ». Ce poème est un concentré de sensualité et de douceur. Baudelaire est maître dans l’art de créer des atmosphères, ce poème est l’une de ses plus belles réussites.

L’invitation au voyage

Mon enfant, ma soeur,
Songe à la douceur
D’aller là-bas vivre ensemble !
Aimer à loisir,
Aimer et mourir
Au pays qui te ressemble !
Les soleils mouillés
De ces ciels brouillés
Pour mon esprit ont les charmes
Si mystérieux
De tes traîtres yeux,
Brillant à travers leurs larmes.

Là, tout n’est qu’ordre et beauté,
Luxe, calme et volupté.

Des meubles luisants,
Polis par les ans,
Décoreraient notre chambre ;
Les plus rares fleurs
Mêlant leurs odeurs
Aux vagues senteurs de l’ambre,
Les riches plafonds,
Les miroirs profonds,
La splendeur orientale,
Tout y parlerait
À l’âme en secret
Sa douce langue natale.

Là, tout n’est qu’ordre et beauté,
Luxe, calme et volupté.

Vois sur ces canaux
Dormir ces vaisseaux
Dont l’humeur est vagabonde ;
C’est pour assouvir
Ton moindre désir
Qu’ils viennent du bout du monde.
– Les soleils couchants
Revêtent les champs,
Les canaux, la ville entière,
D’hyacinthe et d’or ;
Le monde s’endort
Dans une chaude lumière.

Là, tout n’est qu’ordre et beauté,
Luxe, calme et volupté.

Je vous parlerai un peu plus de Baudelaire dans un prochain samedi poésie

Ceinwynn

daily prompt

Daily Prompt: Exquis

Bonjour à tous,

Aujourd’hui c’est le retour au Daily Prompt avec Exquisite (Exquis) comme fil directeur. Exquis, voilà un mot dont je me sers peu. Il a une connotation délicieusement surannée pour moi, un petit goût de salon anglais à l’heure du thé. Vous ne trouvez pas ? J’imagine un cercle de femmes en robes longues et corsets buvant le thé à la période victorienne. Elles se chuchotent leurs secrets sous l’oeil impassible de leur servante: la dernière mode en termes de chapeaux, les infidélités des uns et des autres, le dernier livre que tout le monde s’arrache …etc. Jamais elles ne prononcent un mot plus haut que l’autre, le dos droit et la tasse de thé gracieusement portée à leur bouche. Parfois, un petit éclat de rire sur un mot d’esprit concernant l’excentricité d’une actrice ou d’une mondaine. Elles grignotent un biscuit du bout des lèvres, une Lady doit avoir de la retenue en tout temps.  Pourtant parfois, l’une d’elles tombe le masque un instant et raconte la solitude qui est la sienne dans cette société où la réputation est plus important que tout; l’impossibilité d’être enjouée et créative ou de simplement pouvoir aimer à sa guise. Dans ces moments là, leur regard se voile; la courageuse qui se confie se fait prendre la main par sa voisine dans un geste de réconfort. Les autres hésitent, vont-elles aussi avouer leur désarroi ?
On frappe alors à la porte, une servante entre pour prévenir que Monsieur est rentré et que ces dames sont attendues chez elles. « Merci ma chère, ce thé est vraiment exquis. Demain nous nous retrouverons chez moi si vous le voulez bien ». Le charme est rompu, les conventions sont de retour.

Ceinwynn

Critique, Littérature

1Q84 de Haruki Murakami

1q84Bonjour à tous,

Je vous souhaite avant tout une excellente année 2017 inspirante et pleine de folie.
Pour bien commencer l’année, je vous propose la critique de 1Q84 de Haruki Murakami. Un auteur Japonais dont le talent est déjà reconnu. C’est un ami qui me l’a fait découvrir. Après Aki Shimazaki, je continue mon incursion dans la littérature japonaise. Je dois avouer que je regrette de ne pas m’y être intéressée avant, plus je la découvre et plus je l’aime. Tout comme pour Aki Shimazaki, j’ai eu un véritable coup de foudre pour l’univers d’Haruki Murakami; même si les deux auteurs sont aux antipodes l’un de l’autre. Avec Haruki Murakami, nous entrons dans un univers fantastique et onirique en plein Japon des années 80. Lire la suite « 1Q84 de Haruki Murakami »