Théâtre

P.A Methot : « Plus gros que nature », un peu trop peut-être

2012-254Bonjour à tous,

Il y a quelques jours, je suis allée voir P.A Methot pour son show « Plus gros que nature ». Je ne connaissais pas du tout cet humoriste mais d’après ce que j’en avais vu, c’est du lourd.

Et effectivement, c’est du lourd et du gras ! Sans faire de jeu de mots avec le physique de P.A, je parle bien évidemment de son humour. Il ne s’en cache d’ailleurs pas et prévient l’auditoire dès le début du spectacle. Il ne faut pas s’attendre à de l’humour recherché ou des jeux de mots subtils. « Plus gros que nature » exagère effectivement le trait sur tout. La salle est entrée avec joie et éclats de rire dans l’univers de P.A Methot. J’ai eu plus de mal, j’ai beaucoup ri mais de ce rire quasi- réflexe de « Non, il a osé la faire celle-là ». De plus, l’humoriste a un accent tellement prononcé que je n’ai pas tout compris. Normal, la langue québécoise garde encore quelques mystères.  Lire la suite « P.A Methot : « Plus gros que nature », un peu trop peut-être »

Théâtre

Moby Dick du TNM: entre fureur et monologues

 

 

 

 

 

 

Bonjour à tous,

J’ai eu la chance d’avoir des billets pour aller voir Moby Dick de Bryan Perro et Dominic Champagne. Après avoir fait le plein à Montréal, la pièce part en région et Shawinigan, terre de naissance de Bryan Perro, a eu la chance de voir la troupe poser ses valises pour un soir.
Adapter le célèbre roman de Melville n’est pas une mince affaire. Achab est un personnage quasi-mythique et la baleine blanche tueuse a marqué les esprits des lecteurs affamés d’aventures. C’est Bryan Perro qui s’y est collé. Pour ceux qui ne connaîtrait pas l’histoire, un bref résumé: Ismaël en quête d’aventure s’embarque dans un baleinier, le Pequod. A bord il fait la connaissance du capitaine Achad. Ce dernier fait bien plus que chasser les baleines pour faire commerce de leur huile; il recherche UNE baleine: Moby DIck. Une baleine blanche géante contre laquelle il a perdu sa jambe. Sa quête vengeresse va mener son équipage à sa perte. Lire la suite « Moby Dick du TNM: entre fureur et monologues »