Concours, Littérature

Prix Clément Marchand 2016: L’Absent (ma participation)

Ink_well_by_ZsofiaGyukerBonjour à tous,

J’ai participé au Prix Clément Marchand de la société des écrivains de la Mauricie. Je ne fais pas partie du palmarès mais c’est une belle expérience: j’ai pu voir à quoi ressemble les concours littéraires au Québec.
Je vous propose de lire ma participation. Il s’agit d’un texte commencé le 11 novembre 2014. Cela ne devait être qu’une simple lettre pour commémorer le 11 novembre mais je me suis laissée entraîner par les personnages. Je vous laisse donc en compagnie de Marie. Lire la suite « Prix Clément Marchand 2016: L’Absent (ma participation) »

Critique, Littérature

Nord Alice de Marc Séguin

Nord AliceBonjour à tous,

La dernière fois que je suis allée chez mon libraire, j’ai demandé une suggestion. C’est très rare que je le fasse, je suis plutôt du genre à « flasher » sur un livre et à l’acheter.
Mais je voulais découvrir des auteurs québécois. La libraire m’a conseillée « Nord Alice » de Marc Séguin  édité chez Leméac dont voici la 4ème de couverture:

« Le narrateur est obsédé par Alice, médecin comme lui, dont il n’arrivera jamais à calmer les angoisses. Lorsqu’il la laisse à Queens, c’est pour se retrouver à Kuujjuaq, son monde à elle. Entre deux patients, quand il n’en peut plus de penser à elle, il consomme des femmes sur le web – des centaines de femmes – ou va pêcher. Là, enfoncé jusqu’à mi-cuisse dans les eaux d’un torrent ou le ventre étendu sur la banquise qui fond, il calme sa faim en mangeant du poisson cru. Et il remonte le temps, pour essayer de s’expliquer. Il s’invente une histoire, s’inspirant des hommes qui l’ont précédé, depuis Roméo, l’arrière-grand-père, le premier de sa généalogie à avoir tué un homme, sur les rives du Klondike. Quelles traces ont laissées ceux qui ont traversé les années avant les nôtres ? Que sème-t-on derrière soi dans la fuite ?
Le Nord que propose Marc Séguin n’est pas seulement blanche immensité et splendeurs boréales ; ce Nord est aussi celui de l’exploitation d’uranium et des excès d’alcool. Mû par un profond respect pour le territoire et ceux qui l’ont marché pendant des siècles, l’auteur de Nord Alice témoigne néanmoins d’une déroute. Mais, justement, c’est peut-être jusqu’au bout de ses échecs qu’on devrait avoir l’humilité d’aller pour se trouver. »

Lire la suite « Nord Alice de Marc Séguin »

Critique, Littérature

Janette Bertrand: Ma vie en trois actes

janette bertrandVous l’aurez deviné je suis en pleine crise de lecture aiguë. Je vais vous parler aujourd’hui d’une grande dame de la télévision québécoise et féministe engagée: Janette Bertrand. Avant de lire son autobiographie, je ne la connaissais pas. C’est encore une de mes collègues qui me l’a faite découvrir en me donnant son autobiographie « Ma vie en trois actes ».
Janette Bertrand est née en 1925 dans un Québec que je ne connaissais absolument rien et je dois avouer que je ne m’attendais pas à ça ! Une société patriarcale et religieuse où la place de la femme est au foyer avec un nouveau bébé tout les deux ans. Alors que les femmes canadiennes en 1918, il faut attendre 1940 pour que les Québécoises obtiennent ce droit fondamental. La petite Janette grandit dans cette société qui cherche son identité et décide de montrer à son père qu’elle vaut mieux qu’un gars. Elle se battra malgré sa dyslexie pour continuer ses études et aller à l’université. Elle y rencontre son futur mari avec lequel elle commence une vie de bohème faite de télévision et de vie de mère au foyer (en sachant que le travail des femmes à son époque n’était vraiment pas bien vu). Elle finira par divorcer et refaire sa vie. Janette Bertrand mêle sa vie avec les avancées des femmes au Québec. Changements qu’elle a souhaité et accompagné dans ses shows télé.
J’ai beaucoup aimé l’écriture de Janette. Elle raconte sa vie simplement, sans tomber dans le voyeurisme et avec une simplicité touchante. Son écriture est vivante, on sent l’auteure de théâtre et de séries. Grâce à elle, j’ai découvert tout un pan de la culture québécoise que je ne connaissais pas. Pour les non-québécois, cette autobiographie n’aura de mérite que de faire découvrir les débuts de la télévision québécoise mais la plupart des références leurs échapperont; tout comme à moi. J’ai passé un très bon moment en compagnie de cette grande dame. Je le recommande à ceux qui voudraient prendre un grand bain de Québec.

Ceinwynn

 

Musique

Musique Québécoise: Bears of Legend

Depuis le début de ce blog, je vous faire partager mes coups de cœur musicaux. Parfois, je vous parle d’artistes connus, d’autres fois je vous présente des groupes locaux. Après les Cowboys Fringants, place à Bears of Legend de Shawinigan; un septuor surprenant qu’une de mes collègues m’a fait découvrir il y a quelques jours.
Le groupe propose « un mélange unique et frissonnant de folk, de musique classique et de rock progressif autour d’une poésie à la fois imagée et mystérieuse. » J’aime beaucoup les musiques mélangées, quand les influences se mêlent et fusionnent. C’est un excellent moyen de voir que la musique classique, par exemple, n’est pas si ringarde que ça et qu’elle peut se marier avec tous les autres genres.
Pour le moment, le groupe a sorti 2 albums : Good Morning Motherland et Ghostwritten Chronicles. Une chose néanmoins m’étonne un peu: le peu de chansons en français, surtout quand on connaît l’orgueil des Québécois concernant la défense de la langue de Molière. Cela ne me dérange pas outre mesure mais quand même.
Pour découvrir l’univers de Bears of Legend c’est ici.

Je vous laisse découvrir, n’hésitez à me donner votre avis.

Ceinwynn

 

En bref, Musique

Musique québécoise: Les Cowboys Fringants

Je continue mon tour d’horizon de la culture québécoise. Aujourd’hui place aux Cowboys Fringants. Un groupe typiquement québécois tant dans sa musique que dans ses textes. Ils sont déjà connus en Europe où ils se sont souvent produits.
L’avantage d’être au Québec c’est de pouvoir aller voir des concerts d’artistes connus dans une ville de 50 000 habitants. Donc le 30 avril, direction le centre des Arts de Shawinigan pour aller les voir en concert.
Je vous laisse profiter !

Ceinwynn

 

Critique, Littérature

Sur les traces de Stefan Zweig avec Miss Alfie: Marie-Antoinette

marie-antoinetteMiss Alfie propose un challenge Stefan Zweig sur son blog et coup de chance, je suis actuellement en train de lire une de ses biographies. J’ai découvert cet auteur avec « 24 heures dans la vie d’une femme amoureuse » ( je vous en parlerai dans une autre critique). J’aime beaucoup son écriture sensible et son style direct.
Dans « Marie-Antoinette », Zweig revient sur la vie tumultueuse de la dernière reine absolue de France. Il en fait un portrait psychologique précis et évite de tomber dans les excès: ni idolâtrie ni dénigrement. Exercice difficile tant Marie-Antoinette a déchaîné les passions, à son époque comme à la nôtre. Bien plus que romancier, Stefan Zweig fait ici oeuvre d’historien. Son style d’écriture s’y prête à merveille et le soin qu’il met à raconter les moindres détails plonge le lecteur dans l’une des périodes les plus troublées de notre histoire. Il y dépeint Marie-Antoinette comme une jeune femme inscrite dans son époque, dernier feu d’artifices de la royauté absolue qui saura traverser dignement les épreuves de la Révolution. Cette reine frivole qui manque son rendez-vous avec la monarchie pour devenir une sorte d’héroïne tragique des débuts de la république.
Cela faisait longtemps que je n’avais pas autant apprécié une biographie. Je vais d’ailleurs continuer sur ma lancée avec Marie Stuart, pour voir si l’auteur sera aussi proche d’une reine de l’autre côté du Channel.

Ceinwynn

Littérature

Liseuse vs livres

Ink_well_by_ZsofiaGyukerLe débat n’est pas nouveau. Depuis que les liseuses sont arrivées sur le marché, certains ont annoncé la fin du livre « papier » et la fin des librairies. « La liseuse va tuer les librairies indépendantes, c’est la fin du livre » etc … J’adore lire, même si j’ai un peu délaissé ma bibliothèque ces dernières années. L’envie me prend comme une crise de boulimie . Dans ces moments, je lis un peu tout ce qui me tombe sous la main ou alors je dévore un auteur en particulier (comme avec Aki Shimazaki). Lire la suite « Liseuse vs livres »

Critique, Littérature

Coup de foudre littéraire: Aki Shimazaki

AzamiVendredi dernier, je suis passée à la librairie qui se trouve à côté du bureau. J’avais une heure à tuer avec un café, je voulais donc m’acheter un livre. En fouillant un peu,je suis tombée sur un format inhabituel : un peu plus haut qu’un livre de poche mais beaucoup plus étroit. Il s’agissait de romans de l’auteure japonaise Aki Shimazaki qui vit à Montréal. Un peu à l’instinct, je fonctionne comme ça, je me suis décidée pour deux de ses romans.
Aki Shimazaki écrit sur le Japon intime, tout ce qu’on ne devine pas derrière les apparences de perfection montrées au monde. Dès les premières pages, je suis tombée amoureuse du style et du sujet. Le style est aussi délicat que l’ikébana et aussi poétique que les haïkus. L’auteure nous décrit l’intimité de ses personnages sans voyeurisme mais aussi sans détour. Aki nous fait entrer dans la vie feutrée des familles japonaises où couvent souvent des sentiments forts. Tout le carcan de la société japonaise apparaît dans les frustrations des personnages qui cherchent à s’évader de leur quotidien et dont les secrets les plus profonds remontent à la surface soudainement. Lire la suite « Coup de foudre littéraire: Aki Shimazaki »

En bref

Récit: Premier jour d’une autre vie

Ink_well_by_ZsofiaGyukerL’avion en provenance de Paris amorce sa descente sur l’aéroport Trudeau de Montréal. Depuis le hublot, j’ai l’impression d’arriver sur la banquise; de là haut, tout semble blanc et gelé. Cet hiver est très froid. Le vol s’est bien passé, la fatigue se fait sentir malgré les périodes de sommeil. Mais il y a aussi l’excitation et la peur que cela ne se passe pas comme prévu.
Premier moment de détente à la douane. Le préposé nous demande notre adresse en France:
 » – On vient habiter ici.
– Oh ! Alors bienvenue chez vous ! » Lire la suite « Récit: Premier jour d’une autre vie »